Une politique informatique ouverte pour l’Abes

Print Friendly, PDF & Email

En ce mois de juin 2019, le schéma directeur informatique est en cours de définition à l’Abes. Venant en soutien au projet d’établissement 2018-2022, ce schéma, entre autre thèmes abordés, promeut l’ouverture des codes sources des applications développées pour les réseaux de l’Abes. Voici les principaux gains attendus  :

  • faciliter les échanges et les partages
  • faciliter les innovations collaboratives qui peuvent se traduire par la co-construction d’applications au sein des réseaux de l’Abes
  • améliorer la qualité et la sécurité logicielle par la transparence
  • valoriser les réalisations techniques

Un Git Hub pour l’Abes et les établissements

L’Abes décide d’ouvrir les codes sources de toutes les applications qu’elle développera à partir de maintenant pour les réseaux de l’Abes. Ces codes sont et seront versés sur la très populaire plateforme GitHub pour en maximiser la visibilité et faciliter la collaboration. L’organisation Github se nomme « abes-esr », elle est accessible ici :

https://github.com/abes-esr/

Lors de la session parallèleComment faciliter la co-construction d’applications au sein des réseaux de l’Abes” organisé pendant les Journées Abes 2019, il a été proposé aux établissements de profiter de cet espace pour partager leurs réalisations informatiques en rapport avec les services de l’Abes. Les codes sources des réalisations pourront ainsi être avantageusement centralisés afin de profiter d’une meilleure visibilité nationale et de favoriser la co-construction d’application entre établissements.

A noter :  le fait de migrer les codes sources vers cet espace commun ne modifie en rien la propriété et la responsabilité sur ces codes. Les établissements restent responsables de leurs codes, tout comme l’Abes reste responsable des siens. Chacun pourra ainsi en toute autonomie valider et intégrer les futures contributions de partenaires (pull request dans la sémantique de Github). Il s’agit du modèle classique de contribution aux logiciels libre.

Le schéma suivant permet d’expliciter ce principe de contribution :

Illustration de la logique de contribution aux codes sources libres

Les établissements souhaitant partager leurs codes sources sur l’espace GitHub dédié à  abes-esr peuvent contacter l’Abes pour obtenir plus d’information / obtenir des accès / initier une migration. Cette adresse est à leur disposition : github@abes.fr

Des API Web à disposition des établissements

Parallèlement, le schéma directeur informatique de l’Abes consolide la politique informatique vers les architectures SOA – Service Oriented Architecture. Derrière ce terme, se cache la notion de web services, souvent appelés API ou API web. Il s’agit de systématiser une politique d’ouverture d’API web, initiée en 2010 avec IdRef, API Sudoc, puis theses.fr, etc.

Les futurs services de l’Abes mettront ainsi systématiquement à disposition des API publiques en complément d’éventuelles interfaces homme-machine. Ceci signifie que les applications informatiques seront découpées en deux couches :

  1. l’une pour la mise à disposition publique d’API web qui propose une liste d’URL, des paramètres en entrée, et des données en sortie dans des formats précis. L’API est conçue pour être utilisée par un autre programme informatique. A noter que le standard OpenAPI est visé pour décrire uniformément ces API et que le style d’architecture REST sera privilégié sans nous brider dans l’exploration d’approches comme GraphQL.
  2. l’autre pour accueillir une interface homme machine (IHM) venant se greffer sur la précédente API. Cette interface homme machine propose directement des services pour l’utilisateur final, par opposition à l’API qui n’est pas directement utilisable par un humain.

Illustration des usages des API : depuis des IHM et depuis des scripts batch

Cette architecture permet aux établissements de développer des programmes informatiques (par exemple des scripts batch) venant se greffer directement sur la couche API du service. Cette approche remplace avantageusement le recours à des ruses comme le scraping de page web, par nature peu optimisé et peu stable dans le temps. Les API garantissent un usage plus facile et plus stable  : structure d’URL stable, paramètres en entrée/sortie, et documentation.

Nous pouvons également imaginer que le couplage des architectures SOA avec  l’ouverture du code source permettra à chacun de venir voir, tester, étendre les codes sources des interfaces homme machine. Ainsi, nous pouvons rêver d’une amélioration collaborative en co-construction de ces interfaces utilisateurs officielles ou bien de la réalisation d’interfaces utilisateurs alternatives qui pourraient d’ailleurs également venir intégrer d’autres API pour en étendre les fonctionnalités. A titre d’illustration les réalisations d’EzLibrAPI utilisent les API de l’Abes mais également d’autres API (BNF, Persée, OCLC…).

L’open source couplé aux API permettra de faire émerger de belles innovations collectives !

Cet article a 2 commentaires

  1. Très belle annonce ! Nous vous encourageons dans la démarche. L’efficacité de ce type de modèle a déjà fait ses preuves.

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez