Convertisseur IdRef : toute la richesse des services Zotero au service des utilisateurs

Print Friendly, PDF & Email

L’ensemble des références bibliographiques fédérées sur les pages IdRef sont dorénavant récupérables par Zotero, que ces données proviennent du Sudoc, de theses.fr, de Persée, de la BnF, de HAL, de OATAO ou d’ORCID.

Comment ça marche ?

Lors de leur navigation dans une notice d’IdRef,  les connaisseurs auront identifié au premier coup d’œil dans la barre des tâches de leur navigateur, la présence de l’icône « dossier jaune » – qui ouvre tant de possibilités à l’utilisateur de Zotero au vu de l’étendue sans cesse croissante de cet outil formidable.

Ainsi de la notice : https://www.idref.fr/139753753

Signe de l’interconnexion entre Zotero et IdRef, l’icône « dossier jaune » est activable : en cliquant dessus, on déclenche la récupération des références bibliographiques présentes sur la page. Avec le logiciel Zotero ouvert ou directement dans sa bibliothèque Zotero en ligne, une fenêtre pop-up s’ouvre pour permettre de sélectionner tout ou partie des références bibliographiques présentes dans la page :

Un second clic sur le bouton “OK” déclenche le transfert de données dans la bibliothèque Zotero ou, le cas échéant, dans le dossier de destination choisi :

Les résultats s’y retrouvent alors en un clin d’œil :

AVANT

APRÈS

Dans l’exemple ci-dessus, 3 références issues de 3 environnements distincts (Sudoc – BnF – HAL) ont ainsi été enregistrées simultanément.  Sachant qu’on aurait également pu aussi importer les références du compte ORCID de l’auteur, qui dit mieux ?

Cerise sur le gâteau, il arrive que Zotero ramène également la version « pdf » de la ressource. En savoir plus

Grâce au convertisseur IdRef / Zotero, il est donc désormais aisé de constituer une bibliographie d’auteur-chercheur ou d’enrichir sa collection thématique “humanités numériques” ou “science ouverte”.

En effet, tous les types de notices présents dans IdRef sont éligibles au moissonnage. Ainsi des Concepts Rameau – comme par exemple https://www.idref.fr/02763499X – ou des Lieux – comme par exemple ce site archéologique nubien https://www.idref.fr/144259052 – pour qui voudrait constituer une bibliographie sur un sujet d’étude ou de recherche.

Les dessous techniques du convertisseur IdRef

On peut collectivement remercier le développeur à l’origine du convertisseur IdRef – pour rappe, il s’agit de Sylvain Machefert de l’université Bordeaux Montaigne – ainsi que les membres de l’active communauté Zotero qui ont contribué à optimiser son fonctionnement. Déposé comme il se doit sur l’espace Github Zotero, le convertisseur IdRef est également disponible sur l’espace GItHub de l’Abes.

De conception simple, il s’agit d’une bibliothèque de convertisseurs existants dont les «empreintes digitales» sont passées en variable dans l’en-tête :

Cette simplicité est une des forces du convertisseur : qu’un catalogue exploite les identifiants IdRef pour ses auteurs et les mette à disposition dans les publications associées, il suffit alors d’ajouter à cette liste la racine de son URL ainsi que le convertisseur Zotero (ad hoc ou générique) adapté à ce catalogue pour que ses références bibliographiques soient moissonnables.

A titre d’illustration des petits pas qu’il reste à faire, voici la liste des publications de “Hervieux, Paul-Antoine” (IdRef 056894546) disponibles sur l’Archive Alsacienne : https://univoak.eu/islandora/search/056894546?type=dismax&display=bookmark

On constate que l’Archive est connectée à Zotero par le biais d’un convertisseur générique “DOI” dont l’ID est “c159dcfe-8a53-4301-a499-30f6549c340d”. 

Dans le convertisseur IdRef, il conviendra donc de déposer une pull request demandant l’ajout d’une ligne de code dans la variable : « domaine2translator : ‘univoak.eu’: ‘c159dcfe-8a53-4301-a499-30f6549c340d’ »

Allez, « yapluka » !

François Mistral, responsable IdRef, Service Autorités et Référentiels

Code source du connecteur IdRef

                                                                                                                         

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez
Aller au contenu principal