Eplouribousse, une application web pour dédoublonner les périodiques

Qu’il s’agisse des nombreuses fusions d’établissements, des regroupements ou  des intégrations de bibliothèques, ces opérations, souvent réalisées dans un délai restreint et avec les moyens du bord, ont généré et génèrent encore d’importantes opérations de dédoublonnages des collections. En effet,  ces opérations, qui ne reposent généralement pas sur une infrastructure déterminée, font l’objet de protocoles maisons ingénieux et plus ou moins complexes utilisant une batterie d’outils disparates (tableurs, messagerie, dépôts de fichiers…), ce qui implique des manipulations fastidieuses et potentiellement génératrices d’erreurs.

C’est dans l’objectif de faciliter ce type d’opérations que le Service des Bibliothèques de l’Université de Strasbourg a mis au point une application inédite  dédiée au dédoublonnement des périodiques : nommée Eplouribousse – du latin «e pluribus unum» ou «de plusieurs un seul», expression forgée par Virgile dans le poème «Moretum», cette application a été développée en interne par un personnel de la filière bibliothèques, en relation avec le le pôle Communication de l’établissement qui s’est chargé de son ergonomie et son habillage graphique.

Eplouribousse est actuellement utilisée dans le cadre de 3 projets de conservation partagée impliquant 8 bibliothèques de l’université de Strasbourg et d’établissements partenaires (École Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement et Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg).

à noter : le code source d’Eplouribousse est disponible sous licence GPLv3 à partir du GitHub de l’Abes. Chacun est invité à l’adapter, le modifier, y contribuer …

Une application web sécurisée

Application web sécurisée, Eplouribousse intègre toutes les fonctionnalités de base attendues d’un tel outil : calcul des candidats, positionnement, instruction et édition de rapports. Elle embarque son propre workflow, un outil de suivi, un module complet d’administration et d’authentification (Framework Django) et divers utilitaires, comme la recherche croisée par PPN et par bibliothèque.

Continuer la lectureEplouribousse, une application web pour dédoublonner les périodiques

Divinités et héros du monde méditerranéen antique : retour sur le projet RefDivinités

Dyonisos – Source : Européana

Il y a un an, un billet publié sur le blog Fil’Abes proposait un coup de projecteur sur le projet RefDivinités, lauréat de la 2e vague de l’appel à projets CollEx-Persée, visant à faciliter l’indexation des documents et bases de données relatifs à l’Antiquité et à rapprocher IdRef, référentiel généraliste de PACTOLS, thésaurus spécialisé en archéologie.

Sans attendre la fin du projet, ce billet présente un premier bilan des opérations menées par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), le traitement des données dans IdRef étant finalisé depuis fin juillet 2020.

 

Une collaboration fructueuse entre chercheurs et bibliothécaires

Au lancement du projet, 23 chercheurs/ses en Sciences de l’Antiquité, plus particulièrement spécialistes des religions du monde méditerranéen antique et de ses marges, ont été sollicités pour définir le corpus. Au-delà des divinités et héros du monde méditerranéen antique, le comité scientifique a décidé d’élargir ce corpus aux entités celtiques ou germaniques connues par des sources romaines. Par ailleurs, certaines aires civilisationnelles, sous-représentées jusqu’à présent, ont fait l’objet d’un enrichissement important comme par exemple les corpus hittite ou étrusque.

 Le comité scientifique a par ailleurs été consulté à plusieurs reprises au cours du projet pour lever des ambiguïtés au sein des deux référentiels, comme, par exemple, lorsqu’il n’existait qu’une seule notice d’autorité décrivant à tort deux personnages distincts.

Des questions de vocabulaire ont également été débattues. En effet, jusqu’à présent – et sauf éventuelles évolutions normatives, les  divinités et les héros du monde antique sont traités par les catalogueurs en tant que notices d’autorité de type  «personne» alors que les chercheurs s’accordent plus volontiers sur les termes de «puissances suprahumaines» ou de «figures». Pour autant, le cap du projet n’a pas varié. En effet, RefDivinités ne se veut pas un projet encyclopédique mais bien un projet à visée catalographique destiné à mettre à disposition des professionnels de l’information des données de référence pour une indexation fine des documents, et à optimiser leur signalement dans le Catalogue Sudoc et le Catalogue Collectif Indexé (CCI) du réseau FRANTIQ.

Continuer la lectureDivinités et héros du monde méditerranéen antique : retour sur le projet RefDivinités

Convertisseur IdRef : toute la richesse des services Zotero au service des utilisateurs

Dorénavant, que les données proviennent du Sudoc, de theses.fr, de Persée, de la BnF, de HAL, de OATAO ou d’ORCID, l’ensemble des références bibliographiques fédérées sur les pages IdRef sont récupérables par Zotero.

Comment ça marche ?

Lors d’une navigation dans une notice d’IdRef,  les connaisseurs auront identifié au premier coup d’œil dans la barre des tâches de leur navigateur, la présence de l’icône « dossier jaune » – qui ouvre tant de possibilités à l’utilisateur de Zotero au vu de l’étendue sans cesse croissante de cet outil formidable.

Continuer la lectureConvertisseur IdRef : toute la richesse des services Zotero au service des utilisateurs

Partenariat entre l’Abes et le réseau Mir@bel : point d’étape

Retour sur la naissance d’un projet

Logo de Mir@belCe billet fait suite au billet Punktokomo annonçant la mise en place d’un partenariat entre l’Abes et le réseau Mir@bel. Initié dans un premier temps autour du Service des ressources continues (SRCO) qui, au sein de l’Abes, suit l’ensemble des dossiers liés à la gestion et au développement des données de ressources continues et à leur accès, ce partenariat augurait le développement d’axes de travail collaboratifs, mais surtout sources de valeur ajoutée réciproques.

Quelques mois plus tard, il est intéressant de faire un point d’étape pour revenir sur les différentes actions mises en œuvre, et déterminer celles à venir.

Continuer la lecturePartenariat entre l’Abes et le réseau Mir@bel : point d’étape

Nouveau workflow d’import automatisé dans le Sudoc : les ouvrages publiés par Cambridge University Press

Depuis novembre 2018, l’Abes importe les notices de monographies imprimées et électroniques de l’éditeur Oxford University Press (OUP) de façon automatisée selon un rythme hebdomadaire.

 

Relire les billets :

Forte de cette expérience, l’Abes a souhaité poursuivre dans cette voie avec la mise en production d’un nouveau workflow automatisé pour les ouvrages publiés par Cambridge University Press (CUP).

Continuer la lectureNouveau workflow d’import automatisé dans le Sudoc : les ouvrages publiés par Cambridge University Press

AlgoLiens web : Bordeaux Montaigne fait contre mauvaise fortune (sanitaire) bon cœur (catalographique) et propose à qui veut de lui emboîter le pas (qualitatif)

Logo Université Bordeaux MontaigneDepuis le 16 mars 2020, du fait de la pandémie du Covid-19, toutes les bibliothèques universitaires ont fermé leurs portes, les personnels étant invités à travailler depuis chez eux dans la mesure du possible. Au sein des établissements Sudoc, cette situation inédite a donné lieu au lancement de nombreux chantiers Qualité des données, bénéficiant – autant que possible – de l’accompagnement de l’Abes.

Ainsi du SCD de l’université Bordeaux Montaigne qui, dès la première semaine de confinement, a incité l’ensemble de ses catalogueurs à mener des chantiers qualité et a choisi de s’adosser sur le webservice AlgoLiens en tant qu’outil de diagnostic. Cependant, AlgoLiens n’étant pas utilisé par les catalogueurs de manière quotidienne,  il a fallu envisager soit de former les collègues à distance, soit d’engager des développements pour leur simplifier la tâche. La deuxième option a été retenue.

Ce billet écrit de concert  raconte la genèse et présente “AlgoLiens web”, service développé par Sylvain Machefert, initialement pour le propre usage du SCD de l’Université Bordeaux Montaigne, mais désormais à disposition -via le GitHub de l’Abes- des établissements Sudoc qui souhaitent l’utiliser pour leurs propres chantiers Qualité.

Continuer la lectureAlgoLiens web : Bordeaux Montaigne fait contre mauvaise fortune (sanitaire) bon cœur (catalographique) et propose à qui veut de lui emboîter le pas (qualitatif)

Alignement dans IdRef des contributeurs du catalogue éditeur de l’IFAO – Institut Français d‘Archéologie Orientale

Sous la tutelle du MESRI – Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, les 5 Écoles Françaises à l’Étranger (EFE) – l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, l’Institut français d‘archéologie orientale du Caire, l’École française d’Extrême Orient et la Casa de Velázquez – sont régies par un décret commun depuis 2011. Dans des aires géographiques et des domaines scientifiques propres à chaque école, les EFE ont pour mission de développer la recherche fondamentale sur le terrain et la formation à la recherche. Elles ont également une activité importante en tant que maison d’édition. C’est sous l’angle de ce pan d’activité qu’a été menée l’opération d’identification fiable et pérenne d’auteurs, objet de ce billet.

Depuis 2015, les 5 EFE ont lancé un projet de catalogue commun de leurs publications afin de favoriser leur visibilité à partir du site web commun aux EFE et de répondre à des besoins similaires de distribution. Pour construire ce catalogue commun, fédérant les 5 catalogues sous ONIX V3 et rassemblant au total environ 10 000 contributeurs, il est apparu essentiel d’identifier de manière univoque et pérenne les personnes sous les mentions d’auteurs, et par là même de désambigüiser les appellations homonymes – cas particulièrement courant dans les pays arabes.

Avec l’idée d’une méthodologie réplicable aux 4 autres EFE, il a été convenu que l’IFAO du Caire initie cette tâche en s’adressant à l’Abes pour l’aider à aligner les contributeurs IFAO avec le référentiel IdRef.

Une perspective plus globale encore est de disposer à terme d’une identification pérenne de l’ensemble des acteurs de la recherche dans les EFE, qu’ils aient contribué aux publications (imprimées ou électroniques), aux bases de données documentaires en ligne, aux archives scientifiques ou aux travaux en cours.

Continuer la lectureAlignement dans IdRef des contributeurs du catalogue éditeur de l’IFAO – Institut Français d‘Archéologie Orientale

De l’accord au contrat : le groupement de commandes Elsevier à la loupe

En complément du billet Fil’Abes au sujet de l’accord Elsevier 2019-2022 (Complete Freedom Collection (CFC), Bibliothèque médicale française (BMF) et Cell Press), les équipes de l’Abes proposent une analyse plus poussée de certains aspects techniques du contrat.

Tout d’abord, comme pour les autres groupements portés par l’Agence, le rôle de l’Abes en tant que coordonnateur du groupement de commandes Elsevier, inclut plusieurs volets. Côté établissements, le plus visible reste le volet financier – rédaction des conventions, calendrier de facturation, relances… – mais il s’agit là seulement de la pointe de l’iceberg.

En effet, les équipes de l’Abes participent, en collaboration avec le consortium Couperin.org, aux discussions menées avec l’éditeur ; en véritable cheville ouvrière, elles gèrent de nombreux aspects de la relation avec l’éditeur, notamment pour retranscrire en clauses contractuelles les principes sur lesquels les négociateurs et l’éditeur sont tombés d’accord et pour assurer, sur toute la durée du groupement, l’exécution du marché.

Continuer la lectureDe l’accord au contrat : le groupement de commandes Elsevier à la loupe

SudocToolkit, une application pour faciliter l’utilisation des web services de l’Abes

Cet article est proposé par Géraldine Geoffroy (SCD Université Nice Sophia Antipolis) en tant que porteuse de l’application SudocToolkit,  première contribution partagée via la toute récente communauté Github « abes-esr« . Qu’elle en soit ici vivement remerciée !

Lors d’une session parallèle des dernières Journées Abes (2019), l’équipe informatique de l’Abes a présenté son projet de co-construction d’applications, basé sur l’ouverture des codes sources et le respect des méthodes de l’open source pour le développement et la diffusion des applications, web services, prototypes etc… C’est un changement de braquet notable sur le chemin de la collaboration intra-réseau… et maintenant que l’Abes a fait le premier pas, c’est à nous, membres des réseaux – “bibliothécaires-systèmes” des BU (pour reprendre la terminologie de l’Abes) – d’emprunter le même chemin en partageant, autant que faire se peut, dans un espace commun les codes des applications que nous développons autour des données du Sudoc (et d’Idref, et de theses.fr…), dans et pour nos établissements respectifs.

C’est chose faite pour le SCD de Nice avec la création d’une team azur-scd dans l’espace Github abes-esr, et le transfert d’une première application répondant au nom de SudocToolkit.

Continuer la lectureSudocToolkit, une application pour faciliter l’utilisation des web services de l’Abes

L’Abes soutient la recherche en humanités numériques (2) : retours sur une coopération fructueuse avec le LARHRA

NB – Ce billet prolonge et détaille le billet FilAbes publié à la même date.

Le 1er juillet 2019, le Conseil d’administration de l’Abes a validé la convention de coopération entre l’Abes et le LARHRA – Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (UMR CNRS 5190) situé à Lyon et à Grenoble.

Cette convention formalise une coopération déjà ancienne qui, depuis 2014, vise à promouvoir la réflexion et les actions en faveur de l’interopérabilité des données. Ainsi du projet  Siprojuris – Système d’information des professeurs de Droit (1804-1950), dans lequel les éléments descriptifs des professeurs de droit référencés ont été nativement enrichis par un identifiant IdRef, ce qui permet d’accéder, par rebond, aux références bibliographiques associées dans le Sudoc, comme l’illustre la page ci-dessous

 

Continuer la lectureL’Abes soutient la recherche en humanités numériques (2) : retours sur une coopération fructueuse avec le LARHRA
Aller au contenu principal