IdRef dans VIAF et après … #3 Des données et des liens sous licence ouverte

Ce post de fil.abes.fr annonce l’intégration du référentiel IdRef à VIAF et en présente les enjeux stratégiques. Punktokomo prend le relais pour détailler quelques implications pratiques. En voici la troisième.


Comme en témoigne cette courte biographie, VIAF est né comme un projet de recherche porté par OCLC et les bibliothèques nationales allemande, américaine et française. En 2012, VIAF est devenu un service OCLC. C’est un changement important, notamment du point de vue de la gouvernance.

Fort heureusement, VIAF va demeurer une base de données ouverte, en un sens tout à fait strict et explicite puisque ses données sont désormais placées sous la licence ODC-ByOpen Data Commons Attribution License. Cette licence autorise toute réutilisation des données VIAF, à la seule condition de mentionner la source, à savoir VIAF lui-même – et ce sous cette forme précise :

« This [title of report or article or dataset] contains information from VIAF (Virtual International Authority File) which is made available under the ODC Attribution License. »

Cette seule contrainte est déjà de trop pour certains, ceux qui placent leurs données sous une licence encore plus libérale (par exemple sous la licence CC-0). A cette objection, OCLC répond que la seule présence d’un lien vers une URL de VIAF vaudra reconnaissance de la source. VIAF peut donc être interconnecté avec des données sous licence CC-0.

Si vous voulez en savoir plus sur les données VIAF, sa licence de réutilisation ou encore les solutions techniques pour y accéder, consultez la fiche d’identité de ce paquet de données. Tout y est.

Notons pour finir qu’ODC-By est très proche de la licence ouverte d’Etalab, que la BnF, par exemple, a choisie pour encadrer l’ouverture des données RDF de data.bnf.fr.

Y. Nicolas